Archive pour la Catégorie 'Nouveautés'

Le taux de Vit D de la maman influence la masse grasse de l’enfant

Nous sommes plus ou moins tous en manque de vitamine D.  Son importance dans la prévention de l’ostéoporose est connu.

Connu également la fabrication de la vitamine D qui dépend de l’exposition quotidienne au soleil. Selon les sources, 10 mn visage, bras et jambes sont nécessaires pour avoir un stock de vitamine D correct. Autant dire que peu de gens euvent prétendre à un taux de vitamine D correct.

D’après une publication du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 8 adultes sur dix n’ont pas le taux de vitamine D correct dont  42 % ont un déficit moyen à sévère et 4,8 % ont un déficit sévère.

Au Royaume uni, une étude concernant 977 femmes enceintes à montré que 35 % d’entre elles avaient un taux de vitamine D insuffisant.

C’est chez ces femmes enceintes déficientes en vitamine D que les enfants avaient un taux de masse grasse plus importants que les autres et ce dès la naissance puis à 4 et 9 ans.

Notons que les variations de poids de la maman durant la grossesse n’avaient pas d’influence sur la masse grasse de l’enfant.

Conclusion: les mamans qui envisagent d’avoir un enfant doivent, 6 à 9 mois avant la conception, corriger leur taux de vitamine D pour éviter d’avoir un enfant trop gras.

Source

Sarah R Crozier, Nicholas C Harvey, Hazel M Inskip, Keith M Godfrey, Cyrus Cooper, Siân M Robinson, and the SWS Study Group. Maternal vitamin D status in pregnancy is associated with adiposity in the offspring: findings from the Southampton Women’s Survey. Am J Clin Nutr. 2012 May 23

fichier pdf beh_16_17_2012

 

    Les graisses saturées altèrent le sperme?

    L’alimentation comportant des graisse saturées altèrent-elles la qualité du sperme? Est-ce un facteur dont il faut tenir compte pour explorer la difficulté à concevoir un enfant?

    On sait que l’infertilité masculine intervient dans 40 à 60 % des cas d’infertilité dans le couple et est seule en cause dans 20 % des cas. L’alimentation joue-t-elle unrôle?

    Une étude américaine a analysé, entre 2006 et 2010,  les habitudes alimentaire de 90 hommes consultant un centre de procréation médicalement assisté et la qualité de leurs spermes.

    La fréquence de consommation de 131 aliments sélectionnés sur l’année précédente fut analysée et croisée avec l’analyse du sperme.

    Le spermogramme normal d’un homme est au minimum de 39 millions de spermatozoïdes avec une concentration qui doit être de 15 millions de spermatozoïdes par millilitre.

    Le résultat de cette enquête montrait de manière générale:

    • Un surpoids ou une obésité pour 70 % d’entre eux,
    • Une absence de tabagisme dans 67 % des cas.

    pour la qualité du sperme:

    • Un sperme normal dans 41 % des cas,
    • une concentration inférieure à 20 millions par millilitre pour 12 %,
    • une mobilité inférieure à 50 % pour 53%,
    • une morphologie anormale dans 32% des cas.

    L’influence des apports alimentaires en acide gras:

    • Le nombre de spermatozoïdes était diminué de 43 % et la concentration était inférieure de 38 % pour le tiers des hommes consommant le plus de graisses  par rapport à ceux qui en consommaient le moins.
    • Le nombre de spermatozoïdes était diminué de 35 % et la concentration était inférieure de 38 % pour les hommes consommant le plus de graisses saturées par rapport à ceux qui en consommaient le moins.
    • Le nombre d’anomalies des spermatozoïdes est 1,9 % moins important chez le tiers des hommes consommant le plus d’oméga3 par rapport au tiers qui en consomment le moins.

    A côté de facteurs de risque de stérilité identifiés comme la consommation de toxiques tels que le tabac, le cannabis, l’alcool et l’exposition des testicules à de trop fortes chaleurs, l’apport en acides gras saturées perturbent le nombre, la concentration des spermatozoïdes et augmentent le nombre d’anomalies selon la composition en graisses saturées ou non. Cependant, ces résultats nécessitent des études de plus grande ampleur pour prouver que la composition et la quantité d’acide gras saturés dans l’alimentation sont des facteurs de stérilité à part entière.

    Conclusion: bien que le taux d’acide gras saturé ne soit pas reconnu comme un facteur de risque de stérilité à part entière, il ne semble pas inopportun de minimiser la part d’acides gras saturés et d’augmenter la part d’acide gras insaturés dans la consommation alimentaires afin d’avoir des spermatozoïdes  en nombre, concentrés et de diminuer le risque d’anomalies.

     

    Lien : Dietary fat and semen quality among men attending a fertility clinic. Attaman JA, Toth TL, Furtado J, Campos H, Hauser R, Chavarro JE.

    Une seconde contamination par la toxoplasmose est possible

    Si une seconde contamination par la toxoplasmose est possible, elle cependant rarissime. c’est environ six cas qui ont été rapportés en trente ans.
    Le phénomène de double contamination est malheureusement possible et s’est produit chez une femme immunisée avant sa grossesse contre la toxoplasmose. Cependant, son enfant fut atteint d’une toxoplasmose congénitale.
    L’immunisation maternelle était bien réelle mais seulement contre la forme de toxoplasmose de type II connue en Europe et pas contre une forme rare mais très virulente de toxoplasmose qui existe en Amérique du Sud dont la Guyane.
    Le danger peut se présenter lors d’un voyage dans ces contrées ou lors de la consommation d’une viande importée d’Amérique du Sud et consommée peu cuite vu que la femme enceinte se croit immunisée.
    Il est nécessaire même immunisée de ne pas voyager, enceinte, dans ces contrées et de ne pas consommer des viandes importées d’Amérique du Sud.

    Source: Elbez-Rubinstein A et coll. Congenital toxoplasmosis and reinfection during pregnancy : case report, strain characterisation, experimental model of reinfection, and review. J Infect Dis., 2009; 199:280-285

    Dépistage de l’hypertension artérielle

    Source de bien des troubles de santé, l’hypertension artérielle doit faire l’objet d’un dépistage précoce.

    • Savez-vous si vous êtes hypertendus (es)?
    • Vous pensez que non car votre médecin a trouvé une tension inférieure à 140 et 90 mmHg (14/9) ou au contraire votre médecin vient de vous trouver une hypertension artérielle.
    • Sachez toutefois qu’il existe un grand nombre de personnes qui présentent:
      • une hypertension artérielle  « masquée ». Cette hypertension est paradoxalement normale chez le médecin et élevée à domicile. Il s’agit toutefois d’une hypertension artérielle réelle qui engendre des complications cardiaques et vasculaires (accident vasculaire cérébral). Elle doit être dépistée et traitée.
      • une hypertension artérielle faussement élevée chez le médecin et normale à domicile.
    • Pour la dépister, servez-vous d’un tensiomètre de poignet homologuétensiomtre.jpg
    • Pour cela, il faut disposer d’un tensiomètre homologué:
      soit pour le brasDépistage de l'hypertension artérielle dans Nouveautés pdf tensiomètre bras
      soit pour le poignet:pdf dans Nouveautés tensiomètres poignets 

       

    • Faîtes les mesures de tension pendant les trois jours, reportez ces valeurs sur la feuille de saisie

      automesurehtatableau.jpg

    • Remplissez ensuite le questionnaire en ligne en cliquant sur le lien suivant: Contrôle de la tension artérielle à domicile
    • Montrez ensuite ces résultats à votre médecin

    En cas d’hypertension prouvée, tout un bilan doit être conduit.




    WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
    Manon Pepin - Massage suédois |
    Le Qi Gong avec Martine Migaud |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
    | Info Sante 76
    | Vivre sa vie