Grossesse chez l’adolescente.

Quelques chiffres :

 

Si le nombre de grossesses chez les adolescentes a diminué, le recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) se maintient (14 pour 1000 grossesses en 1990 et 14,6/1000 en 2004) (source DREES Octobre 2004). Les demandes d’IVG sont d’autant plus nombreuses que l’adolescente est jeune (50%) (3 % des avortements).

Le taux de grossesses chez les adolescentes est de 24 grossesses pour 1000 adolescentes de 10 à 18 ans.

Aspect social

Le souci posé par ses grossesses tient, dans les pays industrialisés, au contexte social : mauvaises conditions économiques et sociales, manque de soutien affectif et fréquemment une absence de suivi lorsque vous la grossesse n’est pas reconnue. C’est dire l’importance de l’accompagnement psychosocial durant la grossesse afin de favoriser le meilleur accueil possible du bébé.

Un certain nombre de facteurs, lorsqu’ils sont présents, ne sont que peu ou pas modifiables : le très jeune âge, la possible précarité, le niveau éducatif, le soutien familial ou social parfois défaillant.

Par contre, une aide peut être apportée sur certains facteurs : le suivi de la grossesse afin de ne pas la vivre de manière isolée, la consommation de substances toxiques pour le fœtus (tabac, alcool, toxicomanie légère ou intense), les infections génitales souvent transmises par voies sexuelles et enfin les carences nutritionnelles ainsi que l’obsession de la minceur ou au moins de ne pas prendre de poids.

Conséquences médicales et conseils de prévention

 

Etant encore en cours de croissance, il faut assurer à la fois ses besoins énergétiques, qui sont d’autant plus élevés que la croissance n’est pas achevée, et ceux liés au développement du bébé. Les conséquences sont fréquemment des enfants de petits poids et une augmentation  de la prématurité.

Les déficits nutritionnels, avec amaigrissement, sont souvent plus fréquents du fait de vomissements en début de grossesse. A l’inverse dans un cas sur cinq, on assiste à des prises de poids excessives pouvant aboutir à une obésité définitive par suite d’un apport glucidique trop important.

Anémie et carence en fer sont très fréquentes chez l’adolescente enceinte du fait des règles souvent abondantes et parfois anarchiques qui précédaient la grossesse (31.4% des adolescentes avaient une anémie avant l’accouchement): une supplémentation en fer est donc recommandée, outre la supplémentation habituelle en vitamine D.

 De même, le risque de carence en acide folique étant élevé chez la jeune fille enceinte, il est justifié de supplémenter également en folates en plus d’une alimentation équilibrée incluant suffisamment de crudités.

En ce qui concerne l’apport calcique, il est primordial. Il doit être élevé (environ 1600 mg par jour) et ne devra pas être inférieur à 1200 mg par jour de façon à préserver le calcium de vos os. Cet apport calcique sera assuré par la consommation de 4 portions de laitage par jour  ou bien 3 portions de laitage (lait, yaourt, fromage) associées à 1 portion de légumes frais et un fruit. En outre, un apport calcique correct contribue à prévenir l’apparition de l’hypertension artérielle, plus élevée chez l’adolescente que chez les femmes enceintes plus âgées. Un apport médicamenteux peut être proposé si les apports restent insuffisants.

Enfin, pour limiter les risques d’hypotrophie fœtale et de prématurité, il importe de prendre suffisamment de poids (environ 15 à 16 kilos), ce qui n’est pas toujours facile à faire accepter surtout chez une adolescente naturellement attachée au maintien de sa silhouette. Pour se rassurer, sachez que le corps n’ayant pas fini de grandir, tout le poids normalement pris pendant la grossesse sera rapidement perdu car ce qui restera après l’accouchement sera utilisé pour poursuivre votre croissance. L’important est de se consacrer à la croissance du bébé.

 

En pratique :

La grossesse pour vous adolescente est un beau projet, courageux. Vous devez être accompagnée tant sur le plan psychologique que sur le plan nutritionnel afin de prévenir hypotrophie et prématurité de votre bébé.

La prise de poids nécessaire est souvent plus importante que la moyenne afin de suppléer à votre propre croissance et celle de votre bébé.

La ligne : n’ayez crainte vous la retrouverez même si vous augmentez de façon équilibrée vos apports : plus de calcium, de protides, de sucres lents, de légumes et de fruits pour leurs fibres et vitamines essentielles pour vous deux qui êtes en croissance.

 

0 Réponses à “Grossesse chez l’adolescente.”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Le Qi Gong avec Martine Migaud |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie