Détermination du sexe de l’enfant par l’alimentation

 Quels parents n’ont pas désiré plus une fille ou un garçon ? Et de là, à espérer que, par une méthode ou une autre, il serait possible d’influer sur la détermination du sexe de leur futur enfant.

Il existe plusieurs méthodes pour sélectionner le sexe de l’enfant la plus actuelle étant la cytométrie en flux après marquage de l’ADN par un colorant. Explications : C’est une méthode moderne  mais extrêmement coûteuse permettant de trier les spermatozoïdes mâles moins grands et moins riches en ADN, des spermatozoïdes femelles plus grands et riches en ADN. Cette technique intervenant après la conception peut trouver une utilité médicale dans le diagnostic précoce de maladies génétiques héréditaires. Le détournement au profit d’une sélection du sexe de l’enfant risque de perturber l‘équilibre démographique de certains pays qui ont interdit l’utilisation des techniques de diagnostic prénatal.

 

La sélection des catégories de spermatozoïdes mâles ou femelles par le biais d’une alimentation spécifique n’est pas une méthode récente. Les premières observations, datant du début du vingtième siècle,  n’ont pas fait l’objet d’études poussées.

Le principe repose sur le tri des spermatozoïdes, porteur soit du chromosome X soit du chromosome Y dans les voies génitales en fonction de  l’alimentation de la maman.

L’expérimentation qui fut conduite sur deux cents femmes fut si contraignante que les trois quarts d’entre elles cessèrent l’expérience. Sur les 58 femmes qui l’ont poursuivi, 45 ont eu un enfant du sexe désiré, soit 77,6 % de réussite.

Pour espérer un garçon, l’alimentation de la future maman doit avoir un rapport sodium-potassium sur calcium-magnésium élevé (supérieur à 5). Par contre dans le régime fille ce même rapport doit être inférieur à 2,8.

Le régime fille repose sur une alimentation riche en calcium, en magnésium et pauvre en sodium et en potassium. Il faut donc privilégier les aliments peu salés même pour le pain, exclure la viande et la charcuterie et surtout boire beaucoup de lait et manger des yaourts, du beurre, des fromages type emmenthal, gruyère, chèvre frais, comté, des fruits secs (amandes, cacahouètes, noisettes etc.) et du chocolat.

Le régime pour un garçon exclut les laitages et repose au contraire sur une alimentation salée. Il faut donc privilégier la viande et les poissons, le pain et les fruits.

 

Cette alimentation n’est pas dénuée de risque pour la santé de la maman. Elle est strictement interdite notamment lors d’antécédents cardiaques rénaux ou de diabète et d’insatiabilité psychique.

Une telle pratique ne saurait donc être recommandée d’autant qu’il semble difficile de la maintenir longtemps et que les résultats de la seule expérimentation conduite sur un très petits nombres de femmes demanderaient, pour être confirmés, des études de plus grande ampleur.

Il vaut mieux donc manger équilibré, apporter tous les éléments nécessaires à la bonne santé de son futur bébé plutôt que de commencer à jouer avec sa propre santé et celle de son bébé afin de satisfaire une quelconque envie sans aucune garantie de résultat.

 

En pratique :

L’alimentation pour obtenir un garçon serait plutôt axée sur les aliments salés, sucrés et carnés.

Pour les filles, il faut inverser et rechercher les apports calciques, exclure le sel et minorer les apports en viande et charcuterie.

Aucune garantie de résultat avec par contre de gros risques de carences durant votre alimentation sélective.

En pratique, il ne faut pas essayer. Concevez votre enfant et accueillez le avec bonheur qu’il soit fille ou garçon.

 

0 Réponses à “Détermination du sexe de l’enfant par l’alimentation”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Le Qi Gong avec Martine Migaud |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie